Prédication du 03 octobre 2021.Fortifie-toi dans la grâce

Prédication du pasteur Samuel Kabo.

Fortifie-toi dans la grâce

« 10La Parole était dans le monde et le monde est venu à l’existence par elle, et pourtant le monde ne l’a pas reconnue. 11Elle est venue dans son propre pays, mais les siens ne l’ont pas accueillie. 12Cependant, à tous ceux qui l’ont reçue et qui croient en elle, elle a permis de devenir enfants de Dieu. 13Ils ne sont pas devenus enfants de Dieu par une naissance naturelle, par une volonté humaine ; c’est Dieu qui leur a donné une nouvelle vie.14La Parole est devenue un homme et il a habité parmi nous. Nous avons vu sa gloire, la gloire qu’un Fils unique, plein du don de la vérité, reçoit du Père. 15Jean lui a rendu témoignage ; il s’est écrié : « C’est de lui que j’ai parlé quand j’ai dit : “Il vient après moi, mais il est plus important que moi, car il existait déjà avant moi.” » 16Tous nous avons eu part à sa plénitude ; nous avons reçu un don après l’autre. 17Dieu nous a donné la loi par Moïse ; mais le don de la vérité est venu par Jésus Christ. 18Personne n’a jamais vu Dieu. Mais le Fils unique, qui est Dieu et qui vit dans l’intimité du Père, lui seul l’a fait connaître » Jean 1v10-18

« Que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ ! » 2Cor 1v2

« Toi donc, mon enfant, puise ta force dans la grâce qui nous vient de Jésus Christ » 2Tim2v1

 Nous remarquons, à la lumière de ce verset, que la grâce est associée à la vérité. Nous savons et croyons que la vérité est une personne : Jésus-Christ. La grâce est aussi une personne : Jésus-Christ.  Il est le don Dieu le Père, c’est-à-dire la faveur que nous ne méritons pas que l’eternel Dieu accorde à chacun en fonction d’une juste foi placée dans l’œuvre accomplie par Jésus Christ.

Mais qui est Jésus, dit le Christ? Cet homme venu au monde de manière exceptionnelle sans l’intervention d’un homme, à l’exception d’une jeune femme vierge ayant offert sa matrice pour cette naissance humaine miraculeuse.

Mais qui est Jésus dit le Christ? Cette enveloppe humaine que l’Eternel Dieu a utilisée comme un cheval de Troie dans lequel habite Dieu lui-même. Car Dieu – au temps marqué a décidé de se rapprocher des hommes pour les arracher damnation

Mais qui est Jésus ? dit le Christ Qui est présenté comme la Parole créatrice faite chair, par qui tout est venue au monde même Marie, sa propre mère par qui il est venu et a habité parmi nous. Sa gloire a été vue et contemplée de tous, la gloire qu’un Fils unique, plein du don de la vérité, reçoit du Père.

Mais qui est Jésus, dit le Christ ? N’est-ce pas celui qui s’est dit le chemin, la Vérité et la Vie. N’est-ce le crucifié qui bien que mourant était entrain d’intercéder pour ses bourreaux ? Celui qui a toujours appelé Dieu son Père, le voilà qui crie ‘mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné’. Il est abandonné pour que nous retrouvions la présence d’un Dieu, devenu Père. Il est fait péché et mis à mort pour que je sois justifié et rendu vivant. C’est lui (Jésus) que Dieu a destiné à être par son sang pour ceux qui croiraient victime propitiatoire (ou qui rend le Père propice), afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience. Romains 3 : 25 Celui par qui est abondamment à notre disposition le don de la grâce.

Ce don de la grâce en Jésus rend Dieu favorable à notre égard. Par ce don inestimable, Dieu n’est plus en colère contre sa créature. Son amour, sa force, sa toute-puissance ne sont plus contre nous mais son amour, sa force, sa toute-puissance deviennent notre appui, notre richesse. Ainsi nous ne pouvons séparer Jésus de la grâce, ni la grâce de Jésus. Jésus est la faveur reçue gracieusement auprès du Père.

En conséquence se fortifier dans cette grâce revient à chacun ce matin à s’enraciner en Jésus-Christ. Il est la grâce pour toujours. Il n’y aura pas d’autres occasions pour que cette grâce soit à la disposition de l’homme qui aura eu le culot de rejeter cette auguste main tendue du Sauveur. Etre enraciné en Jésus, c’est être enraciné dans la grâce pour toujours.

Sans la grâce, nous restons sous la loi, tout comme sans Jésus, nous sommes encore sous la loi. Paul dit à Timothée : « Toi, donc mon enfant, fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus-Christ.2 Timothée 2 : 1 J’en suis amené à souligner trois vérités importantes.

I- La grâce fait de toi enfant de Dieu (au même titre que Jésus le Christ)

« aussi longtemps qu’un héritier (enfant) est mineur, sa situation ne diffère pas de celle d’un esclave, bien que théoriquement tout lui appartienne.  2En réalité, il est soumis à des personnes qui prennent soin de lui et qui s’occupent de ses affaires jusqu’au moment fixé par son père. 3Nous, de même, lorsque nous étions des enfants, nous étions esclaves des forces qui gouvernent le monde. 4Mais quand le moment fixé est arrivé, Dieu a envoyé son Fils : né d’une femme, il a vécu sous la loi juive, 5afin de délivrer les personnes qui étaient soumises à la Loi, et de nous permettre ainsi de devenir enfants adoptifs de Dieu.6La preuve que vous êtes bien ses enfants, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, l’Esprit qui crie : « Abba, Père ! » 7Ainsi, tu n’es plus esclave, mais enfant ; et puisque tu es son enfant, Dieu te donnera l’héritage qu’il réserve à ses enfants

Ne continuons pas à vivre une vie spirituelle anémiée entrons pleinement dans la grâce et laissons nous être abreuvés du torrent de cette grâce. Ne vivons l’alliance de grâce avec les ingrédients de la loi car Vous qui cherchez à être reconnus justes grâce à la Loi, vous êtes séparés du Christ ; vous êtes privés de la grâce de Dieu Gal. 4v5

II- La grâce nous place dans deux positions de faveur

Christ en vous, l’espérance de la gloire.” La connaissance de ce mystère nous donne la clé de tous les autres. Il ouvre à l’âme les trésors de l’univers, les possibilités d’un développement illimité. Cette croissance, on l’obtient par la révélation incessante du caractère de Dieu, gloire et mystère de la Parole écrite. Christ en nous qui marque en chacun de nous la présence de Dieu. Celui qui recherche le salut de Dieu doit faire preuve d’une énergie et d’une ardeur semblables à celles qu’il déploierait pour découvrir des trésors terrestres; alors, il parviendra à son but. […]

Tous les chrétiens qui sont rendus participants du salut divin ici-bas et qui possèdent l’espérance de partager les gloires du royaume éternel doivent se rassembler auprès du Christ. Que chacun se sente responsable de son propre cas. […] Si les croyants poursuivent leur marche chrétienne, Jésus sera fait en eux l’espérance de la gloire; ils aimeront célébrer ses louanges pour reprendre des forces.

Etre en Christ qui marque en chacun de nous une position de protection et d’autorité spirituelle

Pour entrer dans la présence d’un Dieu saint, nous devons être cachés dans la justice de Christ. Être « en Christ » veut dire que Dieu ne voit plus nos imperfections, mais la justice de son propre Fils (Éphésiens 2.13, Hébreux 8.12). C’est « en Christ » seulement que notre dette est annulée, notre relation avec Dieu restaurée et notre éternité assurée (Jean 3.16-18, 20.31)

III- La grâce chrétienne résulte de notre obéissance à Christ-Jésus

Dès son enfance, la Bible nous montre Jésus comme étant obéissant ou soumis. Puis il (Jésus) descendit avec eux, pour aller à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait ces choses dans son cœur. Et Jésus croissait en sagesse, en stature et en grâce (Charis) devant Dieu et devant les hommes. Luc 2 : 51-52.  Là, nous constatons que la soumission (ou l’obéissance) de Jésus précède sa croissance en sagesse, en stature et en grâce devant Dieu et les hommes. Dans la vie de Jésus, l’obéissance vient toujours en premier. Nous aussi, pour croître, nous avons besoin d’avoir un cœur obéissant à Dieu, un caractère qui accepte l’obéissance et d’être repris quand c’est nécessaire.

Se fortifier dans la grâce, c’est se fortifier en Jésus, notre capacité. Nous sommes sauvés par grâce. En revanche perdre la grâce, c’est retourner sous la loi, revenir au salut par les œuvres, la malédiction, puisque personne n’a jamais pu obéir à la loi complètement. C’est à la croix qu’éclate le don de la grâce. La venue de Jésus sur terre n’était pas suffisante pour nous sauver. La grâce n’est pas seulement l’effet de la miséricorde d’un Dieu prêt par bonté à tout pardonner à toute  âme. Sa sainteté et sa justice absolues devaient être satisfaites en même temps que son amour.

C’est lui qui dans les jours  de sa chair, a présenté avec de grands cris et avec des larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été exaucé à cause de sa pitié. Il a appris bien qu’il soit fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes. Hébreux 5 : 7

L’obéissance de Jésus libérait la grâce dans sa vie et celle-ci le rendait capable d’obéir. Car, c’est la puissance de la grâce qui produisait en lui l’obéissance à la volonté du Père. Il doit en être de même dans nos vies : voilà la clé pour chacun d’entre nous. Le contraire de la grâce se nomme le légalisme ou l’intellectualisme. Ni l’un ni l’autre ne nous donnent la capacité de l’obéissance, sinon par obligation. C’est alors une contrainte.

Cette attitude nous conduit tôt ou tard soit dans la rébellion, soit dans le découragement, l’épuisement : c’est une attitude charnelle, qui nécessite beaucoup d’efforts. Tandis que la grâce met en nous l’amour pour obéir et  demeurer c’est-à-dire habiter dans les commandements du Père, comme Jésus.

Car c’est par grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres afin que personnes ne se glorifie. Ephésiens 2-8 et 9

Aujourd’hui, le Père nous attend au trône de la grâce, pour nous pardonner, chaque fois que nous en avons besoin. Pour nous présenter devant lui, nous avons à reconnaître sa sainteté. Il est Dieu.

 

La grâce n’est pas un dû mais un don qui nous est obtenu par Jésus (la grâce). Elle nous attire dans une relation Père-fils. Oui Dieu veut être connu comme Père. Il n’agit pas comme le juge qui attend le coupable, mais en qualité de Père qui attend son enfant, pour lui accorder le pardon, comme dans la parabole du fils prodigue.

Beaucoup plus qu’un cadeau, la grâce est une puissance de Dieu qui gouverne nos vies. Nous devons être gouvernés par le pouvoir de la grâce divine. Elle crée en nous le vouloir et l » faire selon la volonté de Dieu.

 Elle nous donne le pouvoir de dire « non » au péché, de le dominer. La grâce de Dieu nous rempli de zèle pour accomplir les bonnes œuvres, préparées d’avance. Elle nous donne la capacité d’obéir à la parole de Dieu, à ses commandements.