Prédication du 13 juin 2021

Ce dimanche le message est apporté par notre Pasteur Samuel Kabo.

 

Jésus guérit un paralysé

« Après cela, il y eut une fête juive et Jésus monta à Jérusalem… » Jean5

La piscine de Bethesda (maison de miséricorde), située sur le chemin de la vallée de Beth Zeta, est mentionnée dans l’Évangile de Jean, au chapitre 5, comme le lieu d’un miracle de Jésus sur un paralytique. La description qui en est faite signale qu’elle était entourée de cinq portiques.

Paralysie se définit comme une perte de motricité par diminution ou perte de la contractilité d’un ou de plusieurs muscles, due à des lésions de voies nerveuses ou des muscles : si le phénomène est incomplet, on parle de parésie.

Miracle : Fait extraordinaire – qui défie des explications scientifiques- où l’on croit reconnaître une intervention divine.

Deux points à souligner d’abord

  • Elle a lieu lors d’une fête: “il y eut une fête des Juifs” – probablement Purim – fin février/début mars – commémoration de la libération des Juifs de la mort que leur avait préparée Haman, du temps de la reine Esther: fête très joyeuse où on se donnait des cadeaux. Mais l’homme de notre histoire n’a rien à fêter. Il ne se trouvait pas à la fête, mais à Béthesda, auprès du « grand nombre des malades, des aveugles, des boiteux, des paralytiques ».

    D’abord, le lieu nous est décrit: près de la porte des brebis, construite par Néhémie

  • Ce miracle parle en fait de l’humanité qui demande à l’envoyé de Dieu de rétablir son parcours hors du péché afin de pouvoir vivre en suivant les préceptes de l’Église. Ce paralysé c’est pour le Frère Dominique toute l’humanité qui cherche son rattachement au divin, à la vie apportée par le Christ. « Lève toi … et marche » correspond à la nouvelle aventure synonyme de fraternité que propose le Messie. C’est la conversion des humains grâce à l’eau.

  • Le malade. Quel genre de malade ?

Physique. Impotent. Son existence est réduite. Son bonheur ne dépend que de la disponibilité de bonnes volontés qui ne courent pas les rues. Regard sur notre monde actuel

Anonyme : Nous ignorons son nom, son âge, sa situation familiale, sa profession, de quelle maladie il souffrait et ce qui en était la cause.

Durée de sa paralysie. Nous savons seulement qu’il était malade depuis 38 ans – la plus grande partie de sa vie qu’il avait donc passée à Bethesda.

Sans assistance. Seul. Sans ressources : Le paralytique n’avait ni famille ni ami pour s’occuper de lui. Il devait se défendre tout seul. Il paraît qu’à Bethesda c’était chacun pour soi. La solitude.

Toujours en retard.  C’était un homme qui était toujours en retard ! Il n’arrivait jamais à temps.

Connaissez-vous des gens comme ça ? Arriver trop tard peut avoir des conséquences tragiques, comme à Béthesda. Après le retour de Jésus sur les nuées et l’enlèvement de Son église, il y en aura beaucoup qui viendront – mais trop tard – ceux qui avaient l’intention de se convertir et de donner leur cœur au Seigneur, mais qui ont toujours remis leur décision. Leurs amis et parents seront enlevés, à la rencontre du Seigneur dans les airs, mais eux, ils seront laissés ici-bas dans la grande tribulation. Pourquoi ? Parce qu’ils ont trop tardé ! La Procrastination. Ambrose Briece : « il ne faut jamais remettre au lendemain ce qui peut être fait le jour même. » car qui remets à demain trouvera malheur en chemin disait M. Bombarnac,

Matthieu 24v36

Il est négatif car sans espérance et surtout découragé. Ses prières n’avaient été exaucées, toujours malade bien qu’il se soit attendu à l’intervention de Dieu.

Il sait exactement ce qui va se passer et pour lui et pour les autres. « Je ne peux pas » ; « d’autres, mais pas moi ». La guérison divine est pour les autres mais pas pour moi. La foi à l’envers. C’est ce que je crains qui m’arrive. Job 3v25. Nous ne devons jamais désespérer de voir Dieu se manifester dans notre vie et celle de nos enfants in convertis.

Pour cet homme Bethesda est lieu de misère. Parce que sans Jésus. Jésus était hors de ce lieu. Est-il hors de ton cœur ? Hors de ton existence ? Hors de tes projets de vie ? Est-ce chez tout est paralysie ? Sans vie ? Tu sembles toujours en retard ? Sans ressources et assistance ? Tu crois que la bénédiction promise par Dieu n’est que pour les autres mais pour moi ? Parce que seul (e)contre tout ? Voici la bonne nouvelle.

  • Jésus le Christ.

« L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint [Pour guérir ceux qui ont le cœur brisé ;] Pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés » Luc 4v18

Ce qui est IMPOSSIBLE aux hommes est possible à Dieu Luc 18v27, c’est ainsi que dans ses actes salvateurs de Jésus le Christ il est dit

« Vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l’empire du diable, car Dieu était avec lui. » Actes 10v38

Jésus voit le paralytique couché. Quand on est couché, on ne dispose d’une perspective ouverte sur la vie. On a une vision étriquée. On ne se projette dans l’univers des possibles de Dieu. L’univers des miracles. L’univers de l’Eternité dans lequel Celui qui est Eternel compte nous introduire.

Jésus ayant la vision divine sait TOUT sur TOUT. Il sait tout sur nous : notre passé, nos péchés, nos défauts, mais aussi nos désirs, nos ambitions, nos espoirs. Mais ce qui est important, ce n’est pas seulement que Jésus nous voie, c’est aussi la manière dont Il nous regarde. Car Jésus ne nous regarde pas comme les gens, mais comme Dieu nous voit. Et là où les gens disent c’est sans espoir, c’est impossible, c’est inchangeable, c’est incorrigible, c’est incurable …” avec Jésus, c’est possible car il ne voit jamais les difficultés insurmontables par des hommes comme des cas désespérés ! Jamais

 

  • Confesse- ton besoin.


Veux-tu être guéri ?” Question étrange ! Quel malade ne veut pas être guéri ? Surtout lorsqu’on a été malade si longtemps. Mais Jésus savait que certains préfèrent se servir de leur maladie au besoin comme excuse pour ne pas travailler, ou comme moyen de s’assurer de la pitié ou de l’attention. Il y a des gens qui sont heureux uniquement quand ils sont malheureux !

Ex : le paralytique de Montpellier, ces deux retraités qui bénéficient des pensions vivant leur amour dans le péché rétorquant au pasteur, si on se marie on perd TOUT ? Tout.

Parce que pour être au bénéfice de cette grâce, deux conditions sont nécessaires. Il faut en éprouver le désir et le besoin. D’où cette question ‘veux tu être guéri’ qui paraît impertinente au regard de la souffrance.

« Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit, et marche ».

Jésusdonne3 commandements au malade. C’est LUI qui détermine les comment, le quand, et qui Il touche. Quelle leçon en tirer ?

Si nous voulons un miracle, nous devons Le laisser faire. La raison pour laquelle nous ne recevons pas de miracles, c’est parfois que nous voulons décider nous-mêmes quand et comment. Nous croyons, mais nous avons des idées préconçues.

Jésus donne 3ordres au paralytique: « Lève-toi, prends ton lit, et marche ».Celui-ci aurait pu refuser, rester couché, penser : « Cela n’a jamais réussi dans le passé, pourquoi maintenant ? » ou « Cela n’est pas la manière habituelle de guérir à Béthesda ». Il ne devrait pas me dire : « Lève-toi, prends ton lit, et marche » mais m’aider à être le premier à sauter dans la piscine ! 

Mais Jésus n’a pas besoin de piscine. Jésus n’a pas besoin d’attendre que l’eau s’agite. Jésus ne lui dit pas: « Je t’aide », mais Il lui a parlé.

« Lève-toi », ne reste pas couché, dans ton besoin; change d’attitude; ne crois plus que tu sois un cas désespéré, qu’il n’y ait plus d’espoir ni d’avenir pour toi; crois avec Paul: