Prédication du 21 mars 2021.

Ce dimanche le message est apportée par notre pasteur Samuel Kabo .

Libre pour servir, Totalement libéré(e) pour mieux servir

« 8Nous informons le roi que nous nous sommes rendus dans la province de Juda, au temple du grand Dieu. On est en train de reconstruire ce temple en pierres de taille, avec des poutres de bois placées dans les murs. Le travail est fait soigneusement et progresse rapidement. 9Nous avons interrogé les responsables ; nous leur avons demandé qui leur avait donné l’ordre de rebâtir le temple et d’en relever les murailles. 10Nous leur avons également demandé leurs noms, afin de communiquer au roi la liste écrite de ceux qui dirigent les travaux. 11Ils nous ont répondu : “Nous sommes les serviteurs du Dieu des cieux et de la terre ; nous rebâtissons le temple qu’un grand roi d’Israël avait construit et achevé il y a fort longtemps » Esdras 5v8

«Après avoir ainsi parlé, Jésus partit en avant sur le chemin qui montait à Jérusalem. Lorsqu’il approcha de Bethfagé et de Béthanie, près de la colline appelée mont des Oliviers, il envoya deux disciples : « Allez au village qui est en face, leur dit-il. Quand vous y serez arrivés, vous trouverez un petit âne attaché, sur lequel personne ne s’est jamais assis. Détachez-le et amenez-le ici. Si quelqu’un vous demande :Pourquoi le détachez-vous ?”, dites-lui : “Le Seigneur en a besoin.” » Luc19v28

1- Les besoins du Seigneur

Un ânon (petit issu d’une ânesse) délié de liens visibles et invisibles, détaché de son (ses) maîtres, ce qui exerce sur nos âmes une emprise et qui se rend maître de notre existence. Ce qui nous assujettit. Qui exerce une emprise sur notre cœur, notre existence, dans les trois domaines de notre personnalité. Esprit, âme et corps.

Le chrétien est un homme libremaître de toutes choses ; il n’est soumis à personne. Le chrétien est un serviteur plein d’obéissance, il se soumet à tous et est au service de tout le monde.

Mais que signifie être libre ? Est-ce une absence totale de contraintes, comme on le pense souvent? Est-ce donner libre cours à nos penchants, aux appétits de notre ancienne nature, appelée le vieil homme ? En tout cas c’est l’image de la liberté largement répandue chez nos contemporains et certains chrétiens. Souvent cette liberté ne correspond pas aux réalités du Christ. Alors c’est quoi la liberté selon Christ car il est écrit « C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis »Gal.5v1. Cette opération n’est pas au pouvoir de la nature humaine. “Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres”. Jean 8v36. Mais en quoi consiste cet affranchissement?Elle consiste à élargir notre horizon spirituel d’où cette joie du Psalmiste : « Je cours dans la voie de tes commandements, car tu élargis mon cœur. » et Paul dira aux Corinthiens 6v11b « nous vous avons ouvert notre cœur largement. » Voilà la liberté en Christ, élargir l’espace de notre tente, élargir nos cœurs qui peuvent se révéler captifs de beaucoup de liens qui se sont rendus maîtres de notre vie.

« Il tient dans sa main l’âme de tout ce qui vit, Le souffle de toute chair d’homme » -Job 10: 12: Dieu étant lui-même esprit, en transmettant à l’homme le souffle de vie, il lui communique en même temps un esprit qui habitera le corps crée. Et cet esprit est pur, car il vient de Dieu, qui est pur et saint. C’est ce qui explique pourquoi Adam et Eve étaient au commencement en parfaite harmonie avec Dieu dans le jardin d’Eden, car ils avaient en eux un esprit qui était de la même nature que Dieu.

C’est suite au péché commis que l’esprit mort, est confondu à l’âme. Il se trouve confiné depuis lors et c’est à a nouvelle naissance qu’il est détaché pour s’épanouir dans la vérité. D’où ce puissant verset  de Hébreux 4v12: « En effet, la parole de Dieu est vivante et efficace. Elle est plus coupante qu’aucune épée à deux tranchants. Elle pénètre jusqu’au point où elle sépare l’âme et l’esprit, les jointures et la moelle. Elle passe au crible les désirs et les pensées du cœur humain. »

Le corps, qui a connu une mutation de sa nature à cause du péché, développe d’autres besoins d’autres appétits nocifs activés par le destructeur pervertissant l’image du créateur. La honte, la peur se développent dans le cœur humain 2Timothée 1v7 : « Car l’Esprit que Dieu nous a donné ne nous rend pas timides ; au contraire, cet Esprit nous remplit de force, d’amour et de maîtrise de soi. »

a) De la timidité, de colère, de sentiment de manque. Qui ne connaît la timidité, la crainte? Elles entrent dans le cœur on ne sait comment. Certains tempéraments y sont spécialement sujets; pour eux, leur timidité est une servitude qui n’est pas en accord avec la profession et la vocation de l’enfant de Dieu. Que de choses n’avons-nous pas faites parce que nous avons été timides!

L’Eglise de Dieu est appelée à vivre dans un monde ennemi où l’apostasie bat son plein et où Satan va se servir de la timidité (peur,) comme une arme redoutable pour l’ordre de Dieu se fasse. Dieu nous demande de Lui donner notre vie et de Le servir dans le chemin de l’obéissance et de la consécration. Souvent l’œuvre de Dieu ne se fait pas, l’acte de foi ne s’accomplit pas, parce que nous éprouvons de la crainte qui paralyse la foi.

b) des blessures du passé. Des blessures intérieures non guéries qui se traduisent par des susceptibilités, des colères exprimées à l’instar d’un animal blessé qui repousse en grognant ou des colères refoulées pendant longtemps et qui peuvent se traduire par des violences (sous toutes ses formes, des actes, des paroles blessantes ; se dévaloriser à ses propres yeux dont pour certains, les causes remontent à la prime enfance), des rancœurs tenaces qui mettent à mal notre santé (T) . Tout cela peut avoir pour corollaire le développement en soi d’un sentiment d’injustice, un sentiment de manque permanent. La blessure du cœur non –guérie, peut être une cause de mal être qui peut nous rendre exigent vis-à-vis des autres: « Dieu le Père a envoyé Jésus pour guérir ceux qui ont le cœur brisé ». En effet, sa volonté est de réparer notre vie, nous reconstruire, bâtir quelque chose de nouveau sur nos propres ruines, parce qu’il nous aime et ne supporte pas de nous voir dans la désolation. Le péché a tout démoli en nous. Il nous a brisés, mais maintenant Dieu nous répare et c’est une merveilleuse grâce que nous pouvons expérimenter dès maintenant en venant à lui tels que nous sommes et à le servir efficacement.

II – Le service divin. Nous sommes les serviteurs du Dieu des cieux et de la terre ; nous rebâtissons le temple qu’un grand roi d’Israël avait construit et achevé il y a fort longtemps

Servir Dieu, c’est donné à tout le monde de l’être, y compris les méchants et le diable car Dieu est souverain mais être serviteur de Dieu, il faut le devenir. C’est être consacré. C’est une autre approche. Être consacré signifie remplir les mains au sens d’un outil de travail. C’est la vérité que renferme ce verset. Il jette la lumière sur ce que nous devons « être » et « faire ». C’est en se plaçant dans la situation de celui qui s’est fait serviteur que nous pouvons en saisir le sens: « lui dont la condition était celle de Dieu, il n’a pas estimé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes ; après s’être trouvé dans la situation d’un homme, il s’est humilié lui-même en devenant obéissant jusqu’à la mort, la mort sur la croix ».

Être serviteur de Dieu est une question de mentalité que question de ‘faire’. Et Jésus s’est fait serviteur de Dieu dans sa mentalité avant d’obéir dans l’agir. Et pour devenir un serviteur consacré, il faut mourir en soi. Que le ‘moi’ meurt par le pouvoir de la croix qui commence à Gethsémani (pressoir à huile) pour clore à Golgotha (lieu du crâne). C’est par Christ, la Parole créatrice que tout dans l’univers est venu à l’existence : « Car en lui tout a été créé dans les cieux et sur la terre. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et tout subsiste en lui.  Col.1v16

Ainsi la mort de Jésus, origine de la création, est la mise à mort de la création ancienne entachée, souillée par le péché. Maintenant en Jésus-Christ ressuscité tout devient nouveau, pas pour un temps limité mais pour l’éternité. C’est pourquoi tout qui se fait en dehors du Christ ressuscité est nul et non avenu aux yeux de Dieu. C’est dire que l’action libératrice du Christ consiste à nous extraire de notre limitation pour nous plonger entièrement dans le l’univers divin. Et cela n’est possible que quand tous les liens invisibles liés à notre héritage déchu soient définitivement rompus. Quand ces réalités mis en évidence, se produisent en chacun de nous, alors nous entrons dans la pleine mesure de sa grâce pour avoir la capacité de marcher, plus encore de courir dans le chemin de l’obéissance. Ainsi un tel cœur ne trouve pas pénibles les commandements de Dieu. Bien au contraire, il s’en nourrit et y puise toutes les forces nécessaires à la piété véritable. Les conditions sont réunies pour l’unité c’est-à-dire avoir un même cœur et un même sentiment en vue de construire ensemble la maison de la foi.

III- Modèle de construction

Exode 26v30 : « Ainsi, tu feras édifier la demeure, conformément au modèle que je t’ai montré ici, sur la montagne. » Regarde, dit Dieu à Moïse, tu feras tout d’après le modèle qui t’a été montré sur la montagne. » …« Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus.  Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’œuvre de chacun sera manifestée. Tel est le secret de la bénédiction et de l’héritage céleste des serviteurs de Dieu que nous sommes devenus.

Prières.

Seigneur, repousse les dimensions de mon cœur afin d’y mettre plus de Ton amour et de Ta joie

Je renonce à la tromperie de ma satisfaction égoïste et je m’engage entièrement au service de Dieu