Prédication du 23 mai 2021.

Ce dimanche le message est apporté par notre Pasteur Samuel Kabo.

Evangélisation 23 05 21

12Personne n’a jamais vu Dieu. Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous. 13A ceci nous reconnaissons que nous demeurons en lui, et lui en nous : c’est qu’il nous a donné de son Esprit. 14Et nous, nous avons vu et nous témoignons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde15Celui qui confesse que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. 16Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour ; celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui. 1 Jean 4v12-15

Comme un diamant à quatre faces, Jésus est vu de différentes par les quatre évangiles. Matthieu, Roi des juifs, Marc décrit Jésus comme le Serviteur de l’Eternel (Isaïe 42), Luc, le médecin approche Jésus sous l’angle de Fils de l’Homme (modèle d’homme parfait) et Jean l’introduit comme Dieu, origine de toutes choses. Ajoutons un autre pour le décor.

« N’aimez pas le monde, ni rien de ce qui est mondain. Si quelqu’un aime le monde, il n’est pas motivé par l’amour du Père. En effet, ce qui est mondain, c’est de vivre en fonction de ses désirs mauvais ou de vouloir tout ce que l’on voit et de se vanter de tout ce que l’on a. Tout cela vient non pas du Père, mais du monde. Le monde est en voie de disparition, ainsi que ses motivations ; mais la personne qui fait la volonté de Dieu vit pour toujours » 1Jean 2v15

1- Le Monde

Le terme monde fait bibliquement référence au vaste système de ce siècle dont Satan, le Prince, tient les rênes et qui fonctionne indépendamment de Dieu. Le monde que nous sommes entrain de définir ne fait seulement référence au mal, à l’immoralité et aux plaisirs à différentes facettes de l’univers pécheur mais ce monde fait aussi à l’esprit de rébellion qui est opposé ou indifférent à l’Eternel et sa révélation et qui existe dans toutes les entreprises humaines qui ne sont pas sous la Seigneurie de Christ. Par exemple.

  • Le monde nous dit de haïr nos ennemis, le principe du royaume nous recommande de les aimer.

  • Le monde nous enseigne de rendre le mal pour le mal, le royaume nous dit de faire du bien à ceux qui nous maltraitent.

  • Le monde nous dit de nous attacher à la vie à tout prix, le royaume nous dit de perdre sa vie pour la retrouver.

  • Le monde nous pousse à amasser de l’or et de l’argent, le royaume nous dit d’amasser un trésor dans les cieux si nous voulons être riches.

En ce siècle où Satan dévoile de plus en plus son visage, celui-ci se sert des idées (qui peuvent paraître bonnes et séduisantes au départ), de la morale, de la philosophie, de la psychologie, des gouvernements, du système éducatif et de la culture, de la science et de la médecine, de l’art et de la musique, des divertissements et des médias, de la religion, tout cela pour s’opposer à Dieu, à son peuple à sa parole et ses critères de justice. Ce monde est sous le contrôle de Satan, le maître, et sa horde des esprits mauvais appelés des démons. Leur mission est de causer le maximum de dégâts à la création de Dieu. Tout falsifier par le mensonge. Tout déformer, tout voler et tout détruire. Pour aliéner la créature humaine qui en est venu à oublier son créateur.

D’où cet avertissement de l’apôtre Jean : « N’aimez pas le monde, ni rien de ce qui est mondain ».

2- Dieu en tant que Père

Qui est Dieu ? La réponse est à la fois facile et difficile. Dieu s’est manifesté dans le Fils par lequel nous sommes emmenés à connaître l’Eternel Dieu comme Père. C’est le Fils qui révèle le Père et nous met en relation avec Lui : « personne ne connaît qui est le Fils, si ce n’est le Père, ni qui est le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler ». 

De plus, la Bible nous donne différentes figures de Dieu le Père, dont
celle du père de l’enfant prodigue, qui est synonyme de miséricorde infinie. Ce qui est certain, c’est que nous ne pouvons nous méprendre sur son ardent désir de faire toutes choses nouvelles : créer un monde nouveau, une nouvelle race humaine. Créer de nouveaux cieux et une nouvelle terre et une nouvelle race d’hommes dont Jésus Christ ressuscité est le prototype. C’est l’expression de son amour grandiose qu’il a mis en œuvre par le Fils

3- Le Fils en tant que Sauveur du monde

En Jésus, Vérité incarnée, l’Eternel Dieu se fait voir et se fait expliquer. Car Jésus est l’image visible de Dieu invisible car Il est Esprit.

Tout le plan de Dieu pour le salut du monde et de l’humanité se trouve réalisé en Jésus car Il est le lien entre l’être humain et Dieu. Car en Lui se trouve les eux réalités. Celle de Dieu et celle de l’Homme. Jésus amène Dieu aux hommes et conduit les hommes Dieu pour le salut éternel. Car il y a un seul Dieu, un seul intermédiaire entre Dieu et l’humanité, un être humain, Jésus Christ, qui s’est donné lui-même comme rançon pour la libération de tous. Ainsi le modèle de vie Jésus devient le modèle de vie de ses disciples. C’est aussi pourquoi il nous convoque à nous nourrir de lui en tant que pain descendu du ciel : « Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. » Le Père qui m’a envoyé a la vie (zoé) en lui-même et c’est lui qui me fait vivre. C’est dire que celui qui se nourrit de moi, c’est dire qui laisse sa vie être envahie de la vérité qui témoigne de ma présence vivra lui aussi par moi. Car en effet, le règne de Dieu n’est pas une affaire de nourriture et de boisson ; il consiste en la justice, la paix et la joie que donne l’Esprit saint. Ce pain n’est pas comme celui, dont vos pères se sont nourris dans le désert et qui ont connu la mort. C’est en Jésus seul que se trouve la Vie car « le salut ne se trouve en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. 

4- Sauver du péché pour le salut (Jean 8v1-11)

Alors les scribes et les Pharisiens amènent une femme surprise en adultère, la placent au milieu et disent à Jésus : Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.  Moïse, dans la loi, nous a prescrit de lapider de telles femmes : toi donc, que dis-tu ?  Ils disaient cela pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus se baissa et se mit à écrire avec le doigt sur la terre.  Comme ils persistaient à le questionner, il se redressa et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché lui jette le premier la pierre De nouveau il se baissa et se mit à écrire sur la terre.  Quand ils entendirent cela, [accusés par leur conscience], ils se retirèrent un à un, à commencer par les plus âgés [et jusqu’aux derniers], et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu.  Alors Jésus se redressa et lui dit : Femme, où sont [tes accusateurs] ? Personne ne t’a condamnée ? Elle répondit : Personne, Seigneur. Et Jésus lui dit : Moi non plus je ne te condamne pas ; va, et désormais ne pèche plus.]

Jésus a rejoint cette femme dans son humanité, faible pour la relever… Mais avant d’aller plus loin au sujet de cette femme, il convient de rétablir une vérité. Ces paroles ne doivent pas utilisées pour justifier le refus de condamner le péché commis au sein de l’église, ou traiter avec légèreté la faute morale d’un chrétien. Agir de la sorte vise à déformer l’esprit des Ecritures à l’égard du péché au sein du peuple de Dieu. Il convient d’établir une distinction entre l’attitude de l’église à l’égard des pécheurs qui se trouvent à l’extérieur et qui n’ont que peu d’occasions de répondre favorablement à la grâce de Dieu manifestée en Christ, et son attitude envers ceux ou celles qui se trouvent à l’intérieur et qui pèchent en désobéissant à Christ. Ces derniers doivent être sévèrement repris et exposé (discipline). Ainsi, ce texte semble opposer la loi et la grâce, et pourtant la loi est qualifiée de sainte et bonne. Le décret d’application personnalisée de la loi (commentaire)

Conclusion.

Jésus-Christ est venu pour payer le prix de nos péchés et transgressions. Il a lavé les êtres humains de leurs péchés, puis ressuscité, en nous emportant avec Lui, Il s’est assis dans les cieux à la droite du Dieu, le Père. Héb 1v3b. Il nous donne un exemple parfait de vie à mener (1 Pierre 2 :21). Ce n’est pas hors de notre portée, contrairement à ce que beaucoup pensent. Il a condamné le péché dans la chair, en nous montrant que l’obéissance à Dieu est parfaitement possible pour celui qui compte sur la puissance du Père pour atteindre cette obéissance. Jésus a démontré, par son exemple personnel, qu’une vie soumise et obéissante est réellement possible. Il a extrait la nature d’Adam de toute sa puissance tyrannique pour implanter en nous sa nature divine immortelle.